EgaliTED - Autisme
"Vous devez être le changement que vous désirez voir en ce monde." (Gandhi)
"Vous devez être le changement que vous désirez voir en ce monde." (Gandhi)
Trouver une prise en charge
TEACCH
ABA
Approches développementales
Scénarios sociaux
Orthophonie, PECS, MAKATON
Intégration sensorielle
Médicaments et autisme
Psychanalyse et hopital de jour
Approches biomédicales
Vaccins, cellules souches...
Bibliographie scientifique
Psychomotricité et Ergothérapie

 

Psychomotricité

La psychomotricité peut beaucoup apporter à une personne autiste, car on constate souvent un retard significatif dans le développement moteur de ces enfants. La marche, par exemple, est souvent retardée; une grande maladresse est aussi fréquente. De plus la psychomotricité permet de caractériser un éventuel Trouble de Déficit d'Attention associé, et de travailler ensuite la concentration, l'attention et l'impulsivité.

Mais en France, dans ce domaine comme dans d'autres, on constate un clivage entre deux conceptions de la psychomotricité:
- une conception fortement influencée par la psychanalyse
- une conception plus rééducatrice, dite "basée sur les preuves", qui considère qu'il est nécessaire de mener des évaluations rigoureuses pour quantifier les déficiences de la personne, d'élaborer un programme de travail en fonction de ces évaluations, puis de réévaluer régulièrement les progrès afin d'ajuster le programme de travail.

La psychomotricité "psychanalytique"

Certains psychomotriciens travaillent selon une vision des troubles psycho-moteurs sous-tendue par des théories émises par des psychanalystes, selon lesquels ces troubles sont les symptomes d'une perturbation psychoaffective. Dans le cas de l'autisme, il s'agit d'une vision erronée, mais qui peut encore avoir cours chez certains.

Les psychomotriciens travaillant dans cette vision psychanalytique peuvent ainsi penser par exemple que l'autisme est dû à des angoisses de morcellement, que l'on peut juguler avec des pseudo-thérapies comme la pataugeoire ou le packing (voir page "Prise en charge"). Ces professionnels sont donc à considérer avec beaucoup de prudence, car une telle approche n'apportera rien à un enfant autiste. L'autisme n'est pas un trouble psycho-affectif mais un trouble neuro-développemental pour lequel une intervention rééducative est indispensable.

Ainsi vous trouverez le témoignage d'une mère d'enfant autiste, psychomotricienne, sur ce lien. Elle porte un regardf très critique sur sa formation et sur la pratique professionnelle de la psychomotricité tendance "psychanalytique", telle qu'elle est fréquemment pratiquée en hopital de jour ou en CMP.

Vous pourrez lire également une critique de la théorie psychanalytique du "moi-peau", très populaire chez de nombreux psychomotriciens, et qui est à la base de "l'atelier pataugeoire" et du "packing": Dossier sur le moi-peau ou le merveilleux psychanalytique.


La psychomotricité "basée sur les preuves" ou "rééducative"

A l'inverse, voici une définition de la psychomotricité qu'on trouve sur des sites spécialisés
:

"Le psychomotricien est un professionnel de santé au même titre que les kinésithérapeutes et les orthophonistes. Il exerce sa profession auprès d'enfants et d'adultes qui présentent des difficultés d'adaptation au monde à cause d'un intégration perceptivo-motrice perturbée. La cause du déficit peut être un trouble psychomoteur à proprement parler mais aussi un tableau plus large où la difficulté perceptivo-motrice n'est alors qu'une partie de la désadaptation.

Cette définition donne à la profession un champ d'action, du point de vue des lieux d'intervention, très large. Le psychomotricien s'adresse donc à une population de différents âges au cours de la vie pour des actions de dépistage, de diagnostic, de prévention, d'accompagnement et de rééducation.

Très au fait du développement de l'enfant et des troubles neuro-moteurs, le psychomotricien tente d'apporter, par des mises en situation et des apprentissages spécifiques, une réduction du déficit ou une disparition même du trouble neuro-développemental visé. A défaut il aide à la compensation et à l'intégration du sujet en prenant en compte ses déficits.
Si le cadre d'intervention est toujours le même : évaluation, diagnostic, construction d'un projet, réévaluation du travail effectué, les méthodes de thérapie sont, elles, riches et multiples. Elles empruntent à la recherche fondamentale comme à la recherche appliquée toute avancée qui pourrait aider le patient.

La rééducation ou thérapie psychomotrice est un des moyens qui permettent de restaurer l'adaptation de l'individu au milieu par le biais d'apprentissages psycho-perceptivo-moteurs. Elle s'adresse, pour l'essentiel, aux troubles psychomoteurs. Elle étudie à la fois les mécanismes perceptifs, c'est-à-dire comment et avec quelle efficacité le sujet extrait du milieu les informations pertinentes pour la réalisation de son projet moteur et, par ailleurs, le comportement moteur lui-même et ses caractéristiques."

Un psychomotricien travaillant selon cette approche est donc bien plus en accord avec l'état des connaissances scientifiques sur l'autisme. Par conséquent, nous conseillons aux parents de favoriser les psychomotriciens travaillant selon l'optique "rééducative", et d'éviter ceux travaillant selon l'approche psychanalytique.

Le lien ci-après donne une description des bilans et thérapies qui peuvent être mis en oeuvre par un psychomotricien, dans le cadre d'une rééducation d'un Trouble de Déficit d'Attention avec ou sans Hyperactivité (TDA/H). Le TDA/H est fréquemment associé aux TEDs chez les enfants: Troubles de l'Attention, le point de vue du Psychomotricien.

En France les psychomotriciens travaillent soit en institutions (CMP, CAMSP, HdJ...) ou en libéral. Dans les institutions type CMP ou HdJ on trouve plus fréquemment des psychomotriciens "psychanalytiques"; les psychomotriciens travaillant selon la vision neuro-développementale sont plus faciles à trouver en libéral, mais dans ce cas la sécurité sociale ne rembourse pas les séances, et leurs frais devront être intégrés à la demande d'AEEH (voir page "MDPH").

 

 

Ergothérapie

L'ergothérapie se caractérise par l'éducation, la rééducation et la réadaptation par l'activité (Ergon en grec). C'est par le biais d' activités de la vie quotidienne (soins personnels, travail et loisirs) et d'autres exercices globaux et analytiques que l'ergothérapeute organise une thérapie visant à améliorer des capacités d'agir et des compétences, ceci individuellement ou en groupe.

S'intéressant à l'adulte, à la personne âgée ou à l'enfant, notamment en secteur de psychiatrie, neurologie, rhumatologie ou en rééducation fonctionnelle, les ergothérapeutes exercent le plus souvent à titre salarié en institution (hôpitaux, centres de rééducation, etc.). Ils peuvent aussi travailler en libéral.
Cette profession se caractérise en outre par des confections d'attelles, des conseils dans les aides techniques et dans l'aménagement du domicile de personnes en situation de handicap.

L'ergothérapeute effectue des prestations de rééducation et de réadaptation, contribuant ainsi au traitement des déficiences et handicaps physiques et psychiques (structures et fonctions selon la CIF). Il peut offrir aux patients un apprentissage pour acquérir une plus grande autonomie en recourant à différentes techniques; il dispense également des conseils à la personne et à son entourage en vue d'une meilleure intégration dans son environnement personnel, professionnel et social.

L'ergothérapeute agit aussi au niveau de la prévention. Il peut intervenir dans les entreprises pour adapter au mieux les postes de travail et pour enseigner les gestes adéquats en lien avec l'activité professionnelle.

Dans le cadre de l'autisme l'intervention d'un ergothérapeute suit les mêmes buts que celle d'un psychomotricien et les moyens d'action se recoupent en partie. On trouve encore peu d'ergothérapeutes en France.


 

 



BienvenueAutisme infosPrises en chargeEcole, AVS, Inspection d'AcadémieAdministratif, MDPHQuotidien, aides, outils et liensFACEBOOK EGALITED