EgaliTED - Autisme
"Vous devez être le changement que vous désirez voir en ce monde." (Gandhi)
"Vous devez être le changement que vous désirez voir en ce monde." (Gandhi)
Trouver une prise en charge
TEACCH
ABA
Approches développementales
Scénarios sociaux
Psychomotricité et Ergothérapie
Intégration sensorielle
Médicaments et autisme
Psychanalyse et hopital de jour
Approches biomédicales
Vaccins, cellules souches...
Bibliographie scientifique
Orthophonie, PECS, MAKATON
L'orthophonie, d'une manière générale, est très souvent utile aux jeunes enfants autistes. En particulier, dès le diagnostic, pour un autiste non verbal ou peu verbal, 2 à 3 séances hebdomadaires sont recommandées pour développer le langage au plus vite dans l'optique de la scolarisation et l'intégration sociale. Pour les autistes Asperger, sans retard de langage, l'orthophonie peut également être utile pour travailler l'aspect pragmatique du langage, qui leur fait souvent défaut.

Il n'est pas forcément nécessaire de trouver un orthophoniste spécialisée dans l'autisme. Il est en revanche important d'éviter les orthophonistes à tendance psychanalytique, qui vont penser que l'enfant n'est pas mur pour parler parce qu'il lui manqueraient "les bases psychiques" et qui pensent important de "travailler la Relation" afin de "favoriser l'émergence du désir de la parole".

Pour un autiste non verbal, il peut être utile également d'avoir recours à une méthode de communication augmentative, mise en oeuvre par un orthophoniste, tel le PECS (mis au point spécifiquement pour les autistes) ou le MAKATON.

 

Le PECS

Le PECS a été élaboré par Andrew Bondy et Lori Frost dans le cadre du Programme pour l’Autisme de l’état du Delaware (E.-U.), en réponse aux grandes difficultés rencontrées par les enfants atteints d’autisme pour communiquer leurs besoi...ns à leur entourage. C’est une méthode alternative et augmentative de communication, c’est-à-dire qu’elle va permettre à la personne de s’exprimer autrement que par le langage, et lui permettre d’augmenter ses capacités de communiquer.
 
A la différence des autres méthodes de communication alternatives, le PECS permet à l’enfant d’apprendre à initier lui-même une communication avec autrui. Le temps nécessaire à cet apprentissage est extrêmement court.
De plus, le PECS ne nécessite que fort peu de compétences motrices et d’imitation gestuelle. Cette méthode ne nécessite pas non plus de pouvoir désigner du doigt une image.
Le but n’est pas que la personne accède au langage, mais l’utilisation du PECS peut favoriser l’apprentissage du langage oral, puisqu’on apprend à l’enfant à communiquer.
L’utilisation du PECS est possible pour des enfants dès 18 mois, et il est possible d’apprendre à utiliser cet outil même à l’âge adulte.
 
La méthode PECS consiste pour l’enfant à remettre à son interlocuteur l’image de l’objet qu’il désire obtenir en échange. L’enfant prend lui-même l’initiative de la communication.
 
Selon Bondy, les résultats obtenus avec le PECS sont plus rapides et efficaces que ce qu’on peut observer avec les autres méthodes de communication alternative.
Il est important de suivre scrupuleusement les 6 phases du programme, afin d’assurer une bonne maîtrise de l’outil par la personne.
Avant de commencer, il faut identifier une série de renforçateurs, qui motiveront l’enfant dans son apprentissage.
 
Les six phases du PECS sont :
1.L’échange physique : l’échange de l’image est physiquement accompagné par l’intervenant, l’objectif étant de faire comprendre à l’enfant qu’il peut obtenir un objet en échange d’une image.
2.La spontanéité : rendre l’échange spontané. L’enfant prend lui-même la carte pour l’échanger contre l’objet auprès de l’interlocuteur.
3.La discrimination d’images : faire comprendre à l’enfant que la réponse apportée par l’interlocuteur dépend de la carte donnée. Proposer un choix multiple de cartes.
4.La construction de phrases : utiliser la bande-phrase.
5.Réponse à une question : l’enfant apprend à répondre à la question : « Qu’est-ce que tu veux ? »
6.Commentaires : L’enfant peut répondre à différentes questions, faire des commentaires spontanés.
 
 
Il faut toujours répondre à l’enfant en utilisant le langage oral. En travaillant de façon intensive, les 6 phases du PECS seront acquises en quelques semaines.
 
La grande force de ce programme est l’apprentissage de la communication et des interactions sociales. Il est extrêmement peu coûteux en temps et en argent. On peut facilement l’intégrer à d’autres programmes éducatifs.
 
Le manuel d’apprentissage « PECS, système de communication par échange d’images » de Lori A. Frost et Andrew S. Bondy décrit précisément chaque phase de l’apprentissage, de la confection du premier pictogramme à l’utilisation de la bande-phrase, et donne des conseils en cas de problèmes lors de la mise en place de l’apprentissage.

 

Le MAKATON


Le programme Makaton a été mis au point en 1973-74 par Margaret WALKER, orthophoniste britannique, pour répondre aux besoins d'un public d'enfants et d'adultes souffrants de troubles d’apprentissage et de la... communication.

Le MAKATON est un Programme d'Aide à la Communication et au Langage, constitué d’un vocabulaire fonctionnel utilisé avec la parole, les signes et/ou les pictogrammes. Les signes et les pictogrammes illustrent l’ensemble des concepts. (la conceptualisation est difficile à acquérir pour les enfants autistes qui ont besoin de visuel). Ils offrent une représentation visuelle du langage, qui améliore la compréhension et facilite l’expression.

La diversité des concepts permet potentiellement (dans la mesure où l'enfant a les capacités cognitives) rapidement de favoriser les échange sen accédant à l'ensemble des fonctions de la communication :
  • dénommer,
  • formuler une demande ou un refus,
  • décrire, exprimer un sentiment,
  • commenter...
Le MAKATON propose :
  •  un vocabulaire de base structuré en 8 niveaux progressifs avec un niveau complémentaire ouvert
  •  un vocabulaire supplémentaire répertorié par thèmes permettant d’enrichir les 8 premiers niveau
Ce vocabulaire personnalisé est introduit en fonction de l’évolution des besoins et des capacités individuels. Point positif : Le MAKATON répond aux besoins d’une large population d’adultes et d’enfants atteints de troubles du langage associés à des handicaps divers :
  • retard mental,
  • autisme,
  • polyhandicap,
  • troubles spécifiques du langage,
  • atteintes neurologiques affectant la communication.
Le MAKATON s'adresse également à l'entourage de prise en charge (orthophonistes, éducateurs, psychomotriciens, psychologues...) mais aussi aux parents. N'oublions pas qu'être parent d'un enfant handicapé mène à être l'essentiel de son temps en situation de prise en charge, même lors de jeux ludiques avec d'autres enfants. Le but étant d'utiliser le même mode de communication et ainsi favoriser son apprentissage dans tous les lieux où cela est possible.

Les objectifs du Programme MAKATON :
  • Etablir une communication fonctionnelle: en effet, un enfant peut avoir des échanges mais ne pas comprendre que la réponse à la question "de quelle couleur est l'herbe", c'est vert.
  • Améliorer la compréhension et favoriser l'oralisation par l'aide de signes ou de symboles, pour illustrer la compréhension, l'enfant autiste ayant en général besoin de supports visuels
  • Structurer le langage oral et le langage écrit
  • Permettre de meilleurs échanges au quotidien
  • Optimiser l'intégration sociale : le but ultime de toute prise en charge du handicap : l'intégration sociale ainsi que l'autonomie.
Un lien intéressant à destination des enfants dysphasiques mais utilisables pour les enfants autistes :
http://www.makaton.fr/
D'ailleurs, certaines informations proviennent de ce site.



BienvenueAutisme infosPrises en chargeEcole, AVS, Inspection d'AcadémieAdministratif, MDPHQuotidien, aides, outils et liensFACEBOOK EGALITED